PRESENTATION

Takuji Shimmura pratique sa création photographique en deux parcours parallèles.

 
Le premier a pour titre "Topographie". Il photographie les « Lieux » (Topos) communs et anonymes, à l’intérieur dans lesquels se mêlent transformation et quotidien, passé et présent. Ses paysages urbains sont souvent silencieux. Ils ne nous imposent pas d’interprétation comme le fait parfois la peinture, mais tiennent une distance constante avec le réel. C’est parce que le photographe transcode « la mémoire des lieux » de l’invisible au visible, quele sens réel qui n’est que superficiel, est repoussé à la marge.
Nous faisons une promenade inconsciente dans sa « Topographie » peinte.
 
« Topologie » est l’autre voie de sa création. Ici, Takuji Shimmura recherche le processus radical d’aplatissement de l’image. Son monde visuel se ramène à la surface plane grâce à la photographie.
L’artiste est attiré par le plan bidimensionnel car il est conscient que nous ne visualisons que la surface des objets, tout comme la photographie le fait.
Nous pouvons trouver dans sa photographie une autre profondeur engendrée par la « platitude ».
Grace à cette démarche, la photographie de Takuji Shimmura, au-delà de l’analogie, crée son propre univers, et présente une concordance du sujet et de l’objet : le « cogite optique ».
 
Avec « Topographie » et « Topologie », Takuji Shimmura pratique sa photographie entre ces deux leitmotivs principaux en détournant l’objet de sa trajectoire.
 
Les spectateurs peuvent librement contempler les œuvres de Takuji Shimmura.